top of page

Les sorcières : mythe ou réalité ?

Dernière mise à jour : 7 févr. 2022

"Mais alors que Paulina se concentrait, la porte-fenêtre s’ouvrit subitement et un vent glacial et terrifiant la repoussa violemment contre la porte. Elle sentit ses os craquer. La douleur était si intense qu’elle resta figée sur le sol, incapable de bouger pendant un instant.

Une épaisse fumée noire recouvrit ensuite la chambre et fit apparaître trois femmes sur le balcon, vêtues de noir des pieds à la tête. Paulina les reconnut instantanément. Les Noctambules. Des sorcières de South Coven, son ancienne famille." (Extrait Coven).



Un peu d'histoire




Les sorcières étaient perçues comme des êtres maléfiques par les premiers chrétiens d'Europe, inspirant la figure emblématique d'Halloween. Des images de sorcières sont apparues sous diverses formes tout au long de l'histoire - des femmes maléfiques au nez verruqueux penchées au-dessus d'un chaudron de liquide bouillant aux êtres à la peau fripée qui chevauchent le ciel sur des balais portant des chapeaux pointus.



Dans la culture pop, la sorcière a été dépeinte comme : une femme au foyer bienveillante qui contracte son nez pour jeter des sorts, à la manière de la série télé "Ma sorcière bien-aimée" ; une adolescente maladroite apprenant à contrôler ses pouvoirs ; ou encore un trio de sœurs au charme irrésistible luttant contre les forces du mal, à la manière de la série télé "Charmed".


Cependant, la véritable histoire des sorcières est sombre et, souvent pour les sorcières, mortelle.


L'origine des sorcières


Les premières sorcières étaient des personnes qui pratiquaient la sorcellerie, utilisaient des sorts magiques et faisaient appel aux esprits pour obtenir de l'aide ou pour apporter des changements. La plupart des sorcières étaient considérées comme des païennes faisant le travail du diable. Beaucoup, cependant, étaient simplement des guérisseurs naturels ou des soi-disant "femmes sages" dont le choix de la profession était mal compris.


On ne sait pas exactement quand les sorcières sont arrivées sur la scène historique, mais l'un des premiers enregistrements d'une sorcière se trouve dans la Bible, dans le premier livre de Samuel, que l'on pense écrite entre 931 av. J.-C. et 721 av. J.-C, qui raconte l'histoire du roi Saül qui a fait appel aux services de la sorcière d'Endor pour sommer l'esprit du défunt prophète Samuel afin de l'aider à vaincre l'armée des Philistins.


La sorcière a réveillé Samuel, qui a ensuite prophétisé la mort de Saül et de ses fils. Le lendemain, selon la Bible, les fils de Saül sont morts au combat, et Saül s'est suicidé.

D'autres versets de l'Ancien Testament condamnent les sorcières, comme l'Exode 22:18 souvent cité, qui dit : "Tu ne dois pas garder en vie une sorcière". D'autres passages bibliques mettent en garde contre la divination, le chant ou l'utilisation de sorcières pour contacter les morts.


Malleus Maleficarum : le marteau des sorcières


L'hystérie des sorcières s'est vraiment installée en Europe au milieu des années 1800, lorsque de nombreuses sorcières accusées ont avoué, souvent sous la torture, une variété de comportements maléfiques. En moins d'un siècle, les chasses aux sorcières étaient courantes et la plupart des accusés étaient exécutés par brûlure sur le bûcher ou pendaison. Les femmes célibataires, les veuves et les autres femmes en marge de la société ont été particulièrement ciblées.



Entre 1500 et 1660, jusqu'à 80 000 sorcières présumées ont été mises à mort en Europe. Environ 80 % d'entre eux étaient des femmes que l'on pense être en désaccord avec le diable et remplies de convoitise. L'Allemagne avait le taux d'exécution de la sorcellerie le plus élevé, tandis que l'Irlande avait le taux le plus bas.


La publication de "Malleus Maleficarum" - écrite par deux Dominicains allemands respectés en 1486 - a probablement incité la manie des sorcières à devenir virale. Le livre, généralement traduit par "Le marteau des sorcières", était essentiellement un guide sur la façon d'identifier, de chasser et d'interroger les sorcières.


"Malleus Maleficarum" a qualifié la sorcellerie d'hérésie et est rapidement devenue l'autorité des protestants et des catholiques qui tentent de chasser les sorcières vivant parmi eux. Pendant plus de 100 ans, le livre s'est vendu à plus d'exemplaires que tout autre livre en Europe, à l'exception de la Bible.



Les procès des sorcières de Salem




À mesure que l'hystérie des sorcières diminuait en Europe, elle s'est développée dans le Nouveau Monde, qui était ébranlé par les guerres entre les Français et les Britanniques, une épidémie de variole et la peur continue des attaques des tribus amérindiennes voisines. L'atmosphère tendue était propice à trouver des boucs émissaires. Les procès de sorcières les plus connus ont eu lieu à Salem, Massachussetts, en 1692.


Ces procès ont commencé lorsque Elizabeth Parris, 9 ans, et Abigail Williams, 11 ans, ont commencé à souffrir de crises, de contorsions corporelles et de cris incontrôlés (aujourd'hui, on pense qu'elles ont été empoisonnées par un champignon qui a causé des spasmes et des délires). Alors que de plus en plus de jeunes femmes commençaient à présenter des symptômes, une hystérie de masse s'en est suivie et trois femmes ont été accusées de sorcellerie : Sarah Good, Sarah Osborn et Tituba, une femme esclave appartenant au père de Parris.


Tituba a avoué être une sorcière et a commencé à accuser les autres d'utiliser la magie noire. Le 10 juin, Bridget Bishop est devenue la première sorcière accusée à être mise à mort lors des procès des sorcières de Salem lorsqu'elle a été pendue à la potence de Salem. En fin de compte, environ 150 personnes ont été accusées et 18 ont été mises à mort. Les femmes n'ont pas été les seules victimes, six hommes ont également été condamnés et exécutés.


Le Massachusetts n'a cependant pas été la première des 13 colonies à être obsédée par les sorcières. À Windsor, Connecticut, en 1647, Alse Young a été la première personne en Amérique exécutée pour sorcellerie. Avant le dernier procès des sorcières du Connecticut en 1697, quarante-six personnes ont été accusées de sorcellerie dans cet État et 11 ont été mises à mort pour ce crime.


En Virginie, les gens étaient moins frénétiques au sujet des sorcières. En fait, dans le comté de Lower Norfolk en 1655, une loi a été adoptée, le fait d'accuser faussement quelqu'un de sorcellerie est devenu un crime. Pourtant, la sorcellerie était une préoccupation. Environ deux douzaines de procès de sorcières (principalement des femmes) ont eu lieu en Virginie entre 1626 et 1730. Aucun des accusés n'a été exécuté.


Les sorcières sont-elles réelles ?




L'une des sorcières les plus célèbres de l'histoire de Virginie est Grace Sherwood, dont les voisines ont allégué qu'elle avait tué leurs porcs et jeté un sort sur leur coton. D'autres accusations ont suivi et Sherwood a été traduit en justice en 1706.


Le tribunal a décidé d'utiliser un test d'eau controversé pour déterminer sa culpabilité ou son innocence. Les bras et les jambes de Sherwood étaient liés et elle a été jetée dans un plan d'eau. On pensait que si elle coulait, elle était innocente ; si elle flottait, elle était coupable. Sherwood n'a pas coulé et a été reconnue coupable d'être une sorcière. Elle n'a pas été tuée, mais mise en prison pendant huit ans.


Un article satirique (soi-disant écrit par Benjamin Franklin) sur un procès de sorcières dans le New Jersey a été publié en 1730 dans la Pennsylvania Gazette. Cela a mis en lumière le ridicule de certaines accusations de sorcellerie. Il n'a pas fallu longtemps avant que la manie des sorcières ne s'éteigne dans le Nouveau Monde et que des lois aient été adoptées pour aider à protéger les gens contre les accusation et les condamnations à tort.